L'influenceuse

Très souvent, et encore plus récemment, les gens que je rencontre m’appelle souvent l’influenceuse Twitter. Mais pourtant, je ne me suis jamais considéré (et je ne me considérerai jamais) comme « influenceuse »

Je commence à avoir beaucoup, beaucoup de gens qui me suivent sur Twitter, à tel point que ça m’est déjà arrivé de croiser des gens dans la rue qui me reconnaissent et viennent me faire un coucou (Si vous me croisez un jour, hésitez pas, je ne mords pas !). Je fais de plus en plus de rencontre, de sortie, j’aime aller discuter avec les gens qui partage la même passion que moi, on en apprend toujours plus en discutant !

Et depuis que j’ai découvert un nouveau mode de vie (couramment appelé le célibat), bah je m’éclate encore plus. Je suis libre de faire ce que je veux, voir les gens que je veux, et je vous jure que pour une personne comme moi, c’est génial ! Mais ne vous méprenez pas, j’ai beau être très loquace sur Twitter, je parle beaucoup moins en vrai. Je me souviendrais toujours de la première fois que j’ai rencontrée pour la première fois en vrai quelqu’un du monde des telco à Avignon (S’il lit cet article, il va se reconnaître :D), il m’a dit « Tu parles beaucoup sur Twitter, mais pas beaucoup en IRL ». Ouai je sais, merci la timidité…

Mais aujourd’hui, je commence à pouvoir aller vers les autres. Je n’ai plus peur de l’inconnu, des aventures. J’arrive à lancer des conversations, faire des débats, interagir avec les gens, donner mon avis de temps en temps sur des sujets polémique, alors que il y a deux ans j’étais incapable d’appeler la pizzeria du coin sans faire une crise de panique. J’ai gagné un peu de confiance en moi, et je le dois en grande partie à Twitter.

Et finalement, je dois beaucoup de chose à Twitter. À vrai dire, presque tout. J’ai trouvé mon futur travail, celui de mes rêves, mon école, mais surtout, le plus important, j’ai fait des rencontres exceptionnelles, qui m’ont marqué à vie. Tous mes amis aujourd’hui viennent de rencontre sur Twitter, et la plupart me suivent depuis mes débuts et ont vu mon évolution depuis (déjà !) deux ans. Aussi, mes camarades de mon BTS me connaissaient sur Twitter et suivait l’évolution de ma SR, et généralement le lendemain d’un de mes tweets on débattait sur ce que j’avais fait ou raconté la veille. Je trouvais ça plutôt fun, surtout avec mon prof de réseau qui me disait qu’un jour j’aurais des partenariats avec Cisco en rigolant. Je commence à avoir de la famille aussi qui me suivent (Coucou Maxime !) et souvent, ce que je fais remonte à mes parents, c’est un moyen pour eux de suivre mon évolution dans ce milieu. J’ai de la chance d’avoir des parents qui sont très investis dans ma passion, qui me soutiennent à fond, et je les remercierais jamais assez pour tout ce qu’ils ont fait pour moi !

Grâce à Twitter, j’ai vécu des choses formidable. J’ai été au FRnOG, OVHCloud, les 20 ans de Telehouse (bon, j’y étais les 15 dernières minutes, mais c’est déjà ça) j’ai visité des Datacenter, j’ai… beaucoup trop de choses. Mais c’est des choses que je regretterais jamais car c’est des super expériences.
J’ai eu aussi mon dernier article (celui sur les AS) qui a fait un « buzz ». Comme dirait certains d’entre vous, je me suis fait « adouber » par Korben. Et quand j’y repense, c’est quand même un accomplissement personnel, que des personnes connues dans la tech et même au sein des Telco, ai apprécié mon article et l’ai partagé ! J’en suis très fière de cet article, que j’ai mis du temps à écrire (et dont la suite est en cours de rédaction !)

Mais voilà , être connu sur Twitter n’est pas toujours rose. Par moment, j’ai plus l’impression d’être Community Manager que d’être moi. J’ai perdu l’impulsivité, la spontanéité que j’avais avant, je me sens obligé de réfléchir à ce que je vais dire, de produire du contenu, deviner comment les gens vont réagir, et je me suis rendu compte d’un truc finalement à force de twitter, c’est que tu peux jamais faire l’unanimité. Il y aura toujours une personne pour te critiquer, te rabaisser, dire que ce que tu fais c’est de la merde, sans parler des trolls. Mais pour le coup, j’ai de la chance d’avoir une communauté plutôt sympa et adorable ! (Bien sûr, vous avez le droit de critiquer, mais de manière constructive pour que je puisse m’améliorer, dire « c’est de la merde » sans rien de plus, ça sert à rien).

Aussi, Twitter est trèèèèès chronophage. En moyen je passe entre 5 et 6 heures par jour (rien que sur le téléphone, c’est le seul à me donner des stats). Et je ne compte plus le temps passer à lire vos MP, vos mails, y répondre, aider les gens qui me demande de l’aide, accueillir les gens qui viennent récupérer des serveurs, aller boire un coup avec eux parfois… Et tout ça, en plus du boulot, de AtaxyaSR, et de ma vie perso (devenue presque inexistante). En plus en ce moment je prépare le déménagement vers Paris, ce qui me rajoute beaucoup de stress et je déteste ça. Avec tout ça, je dors plus la nuit. Il m’arrive de me réveiller en sursaut en plein milieu de la nuit et d’aller voir Twitter histoire de me mettre à jour et ne pas avoir 75 notif en me réveillant le matin. J’essaye au mieux de répondre à tout le monde, mais parfois j’ai juste pas le temps, ou j’ai vu et je suis partie sur autre chose, ou j’oublie simplement et j’en suis désolé, sincèrement.

Mes relations sociales commencent à devenir bizarre aussi. Je veux dire, je fais toujours des supers rencontres, je passe de bons moments autour d’un verre à discuter telco, réseau et autres joyeusetés, mais je commence à psychoter de plus en plus. Je me pose trop de questions, sur comment me comporter, comment les autres me perçoivent. J’ai le droit de tenir la main à quelqu’un sans être jugé si quelqu’un me voit ? J’ai le droit d’être en couple ? J’ai le droit d’aller boire un verre seule sans me faire juger ? J’en viens même parfois à me demander pourquoi les gens me parlent : parce qu’on a une passion commune, ou parce que je suis intéressante et ouverte d’esprit, ou parce que j’ai deux mamelons qui pendouille sous mon tee-shirt, ou juste pour pouvoir dire « Hé j’ai baisé Ataxya! »

Avec Twitter, j’ai l’impression que des yeux sont partout autour de moi, constamment entrain de me scruter, de m’observer, et d’attendre l’erreur qui va leur servir à me détruire. Car oui, Twitter est formidable parce qu’on rencontre plein de monde qui partage les mêmes intérêts, mais, surtout dans la communauté Telco, tout le monde connaît tout le monde. Une connerie, et votre carrière est terminé, et vous n’avez plus qu’à élever des chèvres en Bretagne. J’ai l’impression de ne plus avoir le droit de me tromper, de faire une erreur, sous peine d’être reclassé en « sous-merde qui y connaît rien en informatique mais comme c’est une fille ça passe »

Finalement, je me dis que je commence à ne plus être moi-même. Malgré moi, je suis devenue Ataxya, la meuf geek qui fait joujou avec des serveurs. Je suis devenue un « personnage public », ou on commence même à me connaître en Europe. Je suis sûr qu’il y a des conversations entre des gens qui parle de moi, en bien ou en mal. J’ai l’impression de ne pouvoir plus faire ce que je veux, plus le droit d’être humaine, plus le droit d’avoir des sentiments, juste de parler informatique ou me taire, sinon je me ferrai qualifier de meuf qui veux attirer l’attention comme si je montrais mes boobies devant ma baie (On m’a déjà surnommé « la Mia Kalifa des telcos », voyez déjà comme ça part loin…)

Mais merde, je suis humaine, et je ne veux pas devenir un être inanimé sans âme. Je veux garder le côté relationnel, le côté je partage ce que je vis, ce que j’apprends, mes erreurs, mes magnifiques fails, mes plus beaux tonneaux en voiture, mes peurs, juste montrer que je ne suis pas juste une passionnée d’informatique, mais une humaine comme toi et les autres.

Je sais même plus pourquoi j’ai écrit ça à la base. Ah oui, parce qu’on m’appelle influenceuse. Mais je ne suis rien d’une influenceuse, je suis juste moi. Je n’ai pas un corps à montrer comme toutes les influenceuses qu’on voit sur Instagram, mais j’ai une passion dévorante qui m’anime et me fait vivre chaque jour, et que j’aime vous partager !

Malgré tout ça, je n’ai aucun regret d’être Ataxya, d’avoir fait tout ce que j’ai pu faire, je suis fière d’AtaxyaSR, j’aime partager ma passion, ma vie, vous faire des retours d’expériences et aussi lire les vôtres, de vous aider le maximum possible. Si j’en suis là aujourd’hui, c’est grâce à Twitter, mais aussi grâce à vous ! Merci de me suivre et de me donner la motivation pour continuer à partager :)

Afficher les commentaires