Le confinement... et moi

Depuis le confinement, on découvre tous un nouveau monde. Le télétravail pour tout le monde, l'école à la maison... et rester enfermé chez soi.

J'ai l'habitude de voir beaucoup de monde. Partir à Paris, voir du monde faire des ApéroTelco, rigoler et discuter. Voir les collègues, au boulot ou en cours, prendre la voiture tout les jours pour aller de partout, et rentrer le soir chez soi, pour repartir le lendemain.

Mais depuis le confinement, tout ça est fini. Je suis enfermé chez moi, seule, sans personne, sans chat, à tourner en rond dans mon appart.

Au début, tout va bien. On profite de rester chez soi pour s'occuper. J'ai passé énormément de temps dans ma server room, à faire et refaire mon infra, réparer mes serveurs, en ajouter.. Ça occupe, et depuis le temps que je devais le faire, c'est fait.
J'ai découvert la cuisine de force. Ne plus pouvoir commander, aller au McDo, ni aller au resto ou à carrefour le midi, c'était fini. Et manger des pâtes pendant 3 jours de suite, ça devient vite lassant. J'ai essayé d'innover, tant bien que mal. Des cookies qui prennent feu, un steak pas cuit avec des patates rissolées cramé, une tentative de flan au courgettes raté, c'est encore plus frustrant. J'ai fini donc par acheter que du surgelés, et m'en contenter.
J'ai rangé mon appart aussi. Il est bien plus beau qu'avant, et c'est vrai qu'on se sent bien dans un appart propre et rangé.

Mais au bout d'un moment, tu te sens seule. Tu as fait le tour de l'appart, des choses à faire, tu commence à perdre ta motivation, et ne plus savoir quoi faire.

Tu t'occupes la journée, avec les cours et le boulot. Mais c'est pas pareil. J'arrive même plus à me motiver pour me lever et aller sur Discord, écouter les gens se plaindre et le prof qui essaye de faire son cours. J'ai fini par me connecter sur mon téléphone le matin dans mon lit, me rendormir, et une fois réveillé aller sur le PC, ouvrir Discord sur le PC, me mute et aller faire autre chose.
Côté boulot, c'est pire. Je me fais déconnecter du VPN toutes les 2 minutes, impossible de travailler avec ça. Faire des réunions ou tout le monde raconte ce qu'il va faire de sa semaine, pendant 1h30, et qu'on m'oublie carrément, c'est lassant. J'ai l'impression d'être là pour rien. Et pourtant, j'ai des SharePoint à faire, mais avec le VPN, c'est juste impossible.

Et du coup tu es là. Toute la journée sur ton PC. Enfermé. Et c'est dans ces moments ou tu as besoin de tenir mentalement, que tu fais tes pires dépressions.

Le matin, tu te réveilles, avec la bouche pâteuse à force d'avoir bu la veille. Tu te rends compte que tu as dormis n'importe comment, et que ta jambe ne veut plus fonctionner. Tant bien que mal, tu te lève, en boitant à cause de ta jambe, va faire un café et allume une clope.
Tu essaye de profiter du soleil par la fenêtre. Mais tu dois retourner sur ton PC, faire genre que tu bosses, car après tout, tu as aucune motivation pour faire quoi que ce soit.
Le soir, tu retrouves les autres sur BBB. C'est comme ça que tu vois des gens maintenant, via un PC. C'est une petite bulle d'air, mais c'est toujours pas ça. Tu as juste envie de craquer, de pleurer. Mais tu reste fort devant les autres.
Tu bois une bière, puis deux, puis tu arrête de compter. S'il y a bien un truc que le confinement à détruit, c'est tout mes effort que j'avais fait pour améliorer ma santé mentale, et surtout mon amour pour l'alcool.

Et puis au bout d'un moment tu craques. Tu lances un "je reviens" dans la conv. Et tu vas pleurer. Parce que tu en peux plus de cette situation. Ton cerveau à envie de faire un grand fuck au monde, et de sauter. Envie de sortie, voir ton copain, et juste lui dire en face que tu l'aime. Lui faire un câlin, l'embrasser. Voir ta famille, qui t'appelle tout les jours pour savoir si tu vas bien et ce que tu fais de tes journées, et leur mentir tout les jours en disant que tu vas bien, que tu garde le contact avec les autres. Mais en réalité, tu es coupé du monde. Tu parles le moins possible au gens, tu continues à alimenter ton twitter pour faire genre. Mais tu as plus envie, plus aucune envie de rien.
Tu regardes par la fenêtre, et tu pense à ton avenir. Tu te demande quand tout ça va finir, quand tu pourras retourner à Paris, quand tu pourras retourner au boulot, quand tu pourra enfin vivre. Est ce que tu pourras faire ta licence ? Tu pourras déménager à Paris pour ta future alternance ? Quand tout ça sera fini ? Trop de question, et tu pleures, encore et encore, tellement que tu n'as plus aucune force à part faire couler tes larmes

Mais Cécile, pourquoi tu te plains ? Tu est juste chez toi, en bonne santé, tu as une server room et Animal Crossing pour t'occuper. Tu as des gens, qui sont dans des pires situations que toi. Ils bossent pour qu'on continue à vivre, à soigner les gens malades, à te permettre de faire tes courses, à faire fonctionner le réseau, les réseaux.
Et tu penses à lui. Qui part demain avec la croix rouge pour aller aider les malades, les transporter, les soigner. Et tu repleures encore plus, parce que s'il y a bien une personne qui risque le plus, c'est bien lui. Tu as pas envie qu'il chope ce virus, tu as envie de vivre avec lui, de le protéger, de faire tout pour lui.

Tu aimerais tellement être utile à la société, aider les autres, même te mettre en première ligne contre ce virus, mais au moins te sentir utile, même s'il faut y passer.

Mais tu retourne à la réalité.

Tu es là, dans ton canapé, seule, loin de lui, à pleurer, et tu retournes te coucher car le seule moment ou tu n'arrives plus à penser à tout ça, c'est quand tu dors.
Tu retourne dormir en boitant, car ta jambe te fait toujours mal, et t'écoule dans le lit

Et tu espère te lever le matin, et que tout ça ne soit qu'un mauvais cauchemar.